Marc Yor




home home images home par Bernard home home home links




Marc Yor s'est éteint en janvier 2014. Il repose désormais au cimetière de Saint-Chéron.



Marc Yor in Sydney (December 2007)
Marc Yor

  Sydney, décembre 2007
  photo par la famille de Marc

  Adieu
  Adieu


Le texte ci-dessous, par Bernard Roynette, a paru dans Matapli 103, mars 2014. Je remercie l'auteur et Matapli pour l'aimable autorisation de reproduire le texte dans son intégralité.



Marc,

Tu créais de nouvelles mathématiques
Comme Mozart composait de nouvelles musiques
Originalité, profondeur, élégance.
Tu contribuais à de nouvelles théories
Comme Matisse et Picasso fabriquaient de nouvelles peintures
Puissance, beauté, simplicité.
Tu rédigeais ton oeuvre dans un style qui n'appartenait qu'à toi
Pédagogie, précision, sobriété.
Tes mathématiques ont une saveur et des couleurs à nulle autre pareilles
Celles des fêtes de l'esprit.
Ton nom restera dans l'Histoire de notre discipline.

Tu étais généreux
Une sorte de générosité universelle.
Générosité envers tes collègues avec lesquels tu n'hésitais pas à partager tes découvertes.
Générosité avec bien d'autres aussi auxquels tu offrais ton temps, et bien plus encore.
Pendant des années, tu t'es levé tous les jours aux aurores, avant ta journée de travail,
Pour laver, soigner et nourrir ta vieille tante impotente qui perdait la tête
Au détriment de ta santé, peut-être
Pendant des années, tu as tous les dimanches entraîné au foot les gamins de ton village
Un jour je déjeunais avec toi chez le traiteur chinois de Saint-Chéron et au cours du repas
J'ai appris par hasard que tu donnais des leçons de français au fils de la maison,
Pour qu'il puisse plus rapidement s'adapter à l'école du village.
Et bien d'autres choses, du même tonneau.
Tu étais noble et pratiquais une morale chrétienne.

Tu étais modeste
Lorsqu'on est médiocre, il est facile d'être modeste
Mais tu étais extraordinairement brillant, et pourtant modeste
Réellement modeste, sans faux-semblant ni posture fabriquée.
Cela rendait agréable les contacts scientifiques avec toi
Et explique, en partie, le nombre impressionnant des gens avec qui tu as collaboré.
Tu étais également d'une honnêteté scientifique scrupuleuse
N'hésitant pas à faire de longues recherches pour attribuer un résultat à son véritable auteur.

Tu travaillais sans relâche, c'était ton bonheur
Pas de vacances, pas de week-end.
Bien que tenant le travail pour une vertu cardinale,
Il m'arrivait de penser que tu travaillais trop
Et de souhaiter, pour ta santé, que tu te reposes un peu.

Tes mathématiques étaient l'avant-garde
Mais tu vivais encore dans un monde ancien.
Pas de permis de conduire ni de voiture, pas de téléphone portable,
Un usage minimal de l'ordinateur
Cela te rendait souvent la vie difficile et compliquée.

Malgré tes occupations professionnelles innombrables,
Tu étais cultivé et lisais beaucoup.
Tes journées avaient plus de vingt-quatre heures.
Tu aimais Camus et l'Ulysse de Joyce,
Tu étais pacifiste et aimais Ferrat
Tu m'as longuement parlé de lui le jour de sa mort.
Tu détestais les romans biographiques des grands scientifiques
Qui avaient du mal à vivre dans la société de leur temps.

Comme beaucoup d'entre nous,
A côté de tes immenses qualités,
Tu possédais une face un peu plus grise.
Cela te rendait terriblement humain
Trop humain parfois, peut-être.

Marc,
Tu m'as beaucoup apporté
Tant humainement que mathématiquement
Merci
Tu étais plus jeune que moi et pourtant tu fus mon maître.
J'avais pour toi une profonde estime
Je t'admirais et je t'aimais.
Cela durera.
Tu étais mon ami, et je crois que j'étais le tien.

Puis en octobre 2008 à ton retour du Japon
La maladie s'est abattue sur toi
Brutale, insidieuse, terrible.
Tu as lutté courageusement
Ta famille et quelques amis ont essayé de t'aider
Avec un grand sentiment d'impuissance.
Tu as lutté encore, puis souffert, beaucoup souffert
Il y a eu des rémissions
Mais rien ne fut jamais comme avant
Puis tu es mort, avec un grand courage.
Un jour d'hiver
Salut l'artiste.

Bernard Roynette





Avec l'aimable autorisation de Matapli.
© Bernard Roynette & SMAI, 2014
Saint-Chéron

Mise à jour le mercredi 26 février 2014